MY STORY

This year, I didn’t care about Valentine’s day


On dit souvent que la vie est un souffle et tu nous l’a rappelé cet été. Je ne pensais pas te voir partir si brusquement. Je me suis tout de suite demandé de quoi j’avais bien pu te parler la dernière fois où nous avions été ensemble. De choses banales, très probablement.

J’ai rêvé de toi ce mois-ci. Ça aussi, ça ne m’arrivait jamais. J’ai tout de suite interprété ça comme un signe. J’ai rêvé de nous en fait, enfants, car je te rappelle que l’on avait que dix ans d’écart. Pour une nièce et son oncle, ce n’était quasiment rien. J’ai rêvé de cet été où l’on jouait avec ta chienne et où, parce qu’elle passait son temps à s’enfuir et que tu refusais de l’emprisonner, elle avait été renversée par une voiture. Alors, nous avions marché tous les deux, pleurant côte à côte, sans dire un mot. Ce fut le moment le plus triste que nous avions partagé. Mais ça c’était jusqu’à cet été.

Parfois, je me dis que tu es loin, encore en voyage. Et puis le souvenir revient et c’est comme un coup de poing au ventre. Dur et sec. D’autres fois, je te parle à l’intérieur. Je m’arrête. Je te demande si tu peux m’entendre. Et je me dis que c’est injuste.

C’est injuste pour toi d’abord. Pour tes filles et ta femme. Pour tous ceux qui te connaissaient. Tu méritais du temps, du plaisir, une fin de vie dans une petite maison au bord de la plage. Une belle vieillesse quoi.

Cette année, je n’ai pas eu envie de fêter la St-Valentin. Pas parce que je n’ai pas d’amoureux mais parce que ton anniversaire était la veille. De la même façon, aucun des miens ne sera similaire puisque tu nous as quitté le mois du mien. Et encore une fois, ce n’est pas juste…

 

Church



I dreamed of you this month. This never used to happen. I immediately interpreted it as a sign. I dreamed of us in fact, children, as I remind you that we only had ten years apart. For a niece and an uncle, it was almost nothing. I dreamed of this summer where we were playing with your dog and where, because she spent her time to escape and you refused to imprison her, she was hit by a car. So we walked both, weeping side by side, without saying a word. It was the saddest moment that we shared. But that was until this summer.

Sometimes, I say you’re far away, still traveling. And then the memory comes back and it feels like a punch in the stomach. Hard and dry. Other times, I speak inside. I stop. I ask you if you can hear me. And I think it’s unfair.

It is unfair to you first. It is unfair for your daughters and your wife. To all who knew you. You deserved time, pleasure, end your life in a small house on the beach. A beautiful old man.

This year, I didn’t want to celebrate Valentine’s Day. Not because I don’t have a lover but because your birthday was the day before. Similarly, none of mine will be the same since you left us the month I was born. And again, it is so unfair…

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *